Des disciples à l'image du Christ.

Achevez la course

Par Elisée Lompo

« J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course » (2 Tim 4 :7)

Reclus dans une prison de Rome, l’apôtre Paul sentait la fin approcher. Il avait été un prédicateur intrépide de l’Evangile tout au long de son ministère bien mouvementé. Sur son curriculum vitae, outre l’école de renom qu’il avait fréquenté, et son érudition théologique, on pouvait y retrouver également les arrestations, les bastonnades, les lapidations. Mais ce n’est pas tout. Il avait aussi exercé un ministère de puissance au point où il avait eu des visions extraordinaires, chassé des démons, guéri des malades et ressusciter un mort !

Dans la lettre qu’il envoie à son fils spirituel Timothée à la fin de sa vie, il fait une sorte de bilan général de son ministère dans le verset ci-dessus cité. En revoyant son parcours, il relève le point le plus important. « J’ai achevé la course » dit-il. Bien que les autres aspects mentionnés plus haut aient été bénéfiques à  des multitudes de gens, ce n’était pas ce qui était primordial. Dieu lui avait assigné une course, une mission. Et au soir de sa vie, il pouvait déclarer avec assurance « mission accomplie » !

Le 20 Octobre 1968 au stade olympique de la ville de Mexico, il était 7 heures du soir. Cela faisait déjà  plus d’une heure que le premier des coureurs avait franchi la ligne d’arrivée. On évacuait les derniers coureurs et le reste des spectateurs s’apprêtait à vider les lieux. Subitement on entendit la sirène des agents de police qui entraient dans le stade. Ils accompagnaient le dernier coureur du marathon, le Tanzanien John Stephen Akhwari. Les spectateurs se mirent debout avec des applaudissements.

Il avait chuté durant la course et s’était blessé le genou et la cheville. Avec le pied ensanglanté et bandé, il courait bien difficilement mais franchit aussi la ligne d’arrivée. Plus tard en répondant aux journalistes qui voulaient savoir pourquoi il avait continué à  courir malgré sa blessure grave, il répondit : « Mon pays ne m’a pas envoyé à plus de 7000 Km pour commencer une course. Ils m’ont envoyé pour que je la termine». Alors comme l’apôtre Paul et comme John Akhwari, gardons nos yeux sur le but final et courons de manière a achever la course que le Seigneur nous a assignée individuellement.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :