Des disciples à l'image du Christ.

Lettre ouverte

Par Elisée Lompo

« Vous êtes manifestement une lettre de Christ, écrite, par notre ministère, non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les cœurs » (2 Cor 3 :3).

Selon un rapport publié en 2015 par l’Alliance Biblique Universelle, la Bible est entièrement disponible en 542 langues. Le Nouveau Testament seul est disponible en 1324 langues auxquelles s’ajoutent des portions plus courtes des Ecritures en 1020 autres langues. Notons en plus de cela que certaines langues disposent aujourd’hui de plusieurs versions de la Bible. Nous ne pouvons que louer et encourager ces efforts, combien inestimables, de tous ceux qui sont engagés dans ce travail si laborieux.

Cependant la première « Bible » que ceux qui ne mettent pas pied dans une église lisent est toute autre. C’est une ‘Bible’ qu’ils lisent non pas dans l’intimité de leurs maisons, ni dans une position de recueillement. Mais ils la trouvent dans la vie quotidienne. C’est sur la place du marché, dans les bureaux et autres lieux de travail, à l’école, dans le trafic, etc. Cette « Bible », c’est nous – vous et moi. Comme Paul le disait aux Corinthiens, nous sommes manifestement une lettre que les gens lisent autour de nous. A cet effet le revivaliste américain D.L Moody affirmait que sur cent personnes non chrétiennes, une seule chercherait à lire la Bible tandis que les 99 autres se contenteraient de lire les chrétiens.

Les reporters se bousculaient à la gare de train de Chicago pour rencontrer le Prix Nobel de la Paix de l’année 1952. A sa sortie, il fut inondé par les flashs des caméras et les félicitations. Mais l’homme qui faisait l’objet de toute cette attention, vit une vieille dame noire qui luttait avec ses deux grosses valises. Il alla accompagner la dame à l’arrêt de bus puis revint s’excuser auprès du comité d’accueil. Il s’agissait du Dr Albert Schweitzer, un missionnaire qui avait passé sa vie à aider les pauvres et les malades en Afrique.

A la vue de cette scène, un observateur ne put s’empêcher de dire ceci : c’est la première fois que je vois un sermon personnifié.  Notre comportement dans les affaires de la vie courante est un message que nous transmettons, quelquefois à notre insu, aux autres. Comme le Dr Albert, nous avons aussi porté depuis longtemps un message. La question est maintenant de savoir quel type de message vous avez personnellement donné à lire à vos lecteurs ? Il doit absolument refléter Christ. Si non, revoyez votre copie.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :