Des disciples à l'image du Christ.

Bénis-moi Seigneur

Par Elisée Lompo

« Je ne te laisserai point aller sans que tu m’aies béni. » (Gen 32 :26)

Jacob, bien que décidé à retourner chez les siens, trouvait qu’il n’était pas encore prêt à rencontrer son frère Esaü qu’il avait trompé quelques dizaines d’années plus tôt. Resté seul de l’autre côté du torrent il s’attendait encore moins à la rencontre singulière qu’il fera. Au cours de la nuit, un homme lutta avec lui jusqu’au matin. Au lever de l’aurore l’inconnu le pressa de le laisser partir. Mais Jacob répondit, « Je ne te laisserai point aller sans que tu m’aies béni. »

Cette demande de Jacob apporte un éclairage sur un sujet d’actualité : la bénédiction. De quoi s’agit-il ? Aujourd’hui lorsque nous revendiquons la bénédiction de Dieu à quoi faisons-nous allusion ? Pour beaucoup de chrétiens, elle se résume à la voiture, à la maison, au mariage, à la promotion, aux voyages à l’étranger, bref à la prospérité financière et matérielle. Si la bénédiction divine ne concerne que cela, alors il y a problème. Car si l’on regarde autour de nous ceux qui jouissent le plus de ces choses ne connaissent pas le chemin de l’église !

Le récit nous apprend que Jacob revenait de chez Laban avec une grande progéniture, du petit et du gros bétail, des chameaux et avec de nombreux serviteurs. D’ailleurs il offrira à son frère une partie de ses biens pour mériter son pardon. Alors nous pouvons observer que Jacob était déjà un homme bien riche car il dira plus tard à son frère, « je ne manque de rien ». Malgré cela, à ce moment décisif de sa vie, il ne demande rien d’autre que la bénédiction.

Bien sûr la bénédiction divine peut apporter une suffisance voire une abondance matérielle et financière. Mais c’est plus que cela. Jacob à ce moment avait peur pour sa vie et avait besoin de réconciliation avec son frère. Il avait compris que la bénédiction divine pouvait lui assurer la présence et la faveur divines qui garantiraient sa sécurité. Nous avons certainement besoin de cette présence divine qui peut nous octroyer ce que l’or et l’argent ne peuvent acheter. Ainsi donc, l’indigent comme le riche peuvent et doivent faire cette prière : bénis-moi Seigneur !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :