Des disciples à l'image du Christ.

Par Randy Hurst

Quand les gens pensent à la puissance du Saint-Esprit, ce sont des œuvres visibles et spectaculaires qui leur viennent généralement à l’esprit. Or, la puissance dont nous avons besoin dans notre vie quotidienne n’est ni spectaculaire ni sensationnelle, mais surnaturelle. La vie surnaturelle n’est pas toujours hors du commun. Il est triste, voire tragique que beaucoup de gens assimilent le spectaculaire au surnaturel, si bien qu’ils ont une vision limitée de la puissance de l’Esprit. Toutes les manifestations surnaturelles de l’Esprit ne sont pas spectaculaires. Plus important encore, tout ce qui est spectaculaire n’est pas surnaturel.

Après l’effusion du Saint-Esprit dans le livre des Actes, des miracles spectaculaires se sont produits. On portait les malades dans les rues, sur des lits et des couchettes, afin que l’ombre de Pierre les couvre en passant (Actes 5.15-16). Luc rapporte que « Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient » (Actes 19.11-12). Luc décrit ces miracles comme « extraordinaires » ou « inhabituels ».

Placer les malades à un endroit où l’ombre de Pierre les couvrirait ou prendre des linges ou des mouchoirs touchés par Paul n’étaient pas des pratiques régulières de l’Église. En général, les malades devaient appeler les anciens de l’Église pour qu’ils prient pour eux et les oignent d’huile au nom du Seigneur (Jacques 5.14). Ces dernières années, on a beaucoup parlé de signes et de prodiges. Ces deux mots sont souvent employés dans le livre des Actes (Actes 2.19, 22, 43 ; 4.30 ; 5.12 ; 6.8 ; 7.36 ; 14.3 ; 15.12).

Jésus n’a parlé qu’une fois de signes et de prodiges. Il a prévenu ses disciples de ne pas se laisser tromper par les faux prophètes qui, dans les derniers jours, accompliraient des signes et des prodiges (Matthieu 24.24 ; Marc 13.22). Jésus a déclaré à l’officier de Capernaüm dont le fils était malade : « Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point » (Jean 4.48).

L’un de nos plus grands besoins personnels est la motivation. Or, l’Esprit influe sur nos désirs. Il nous pousse à faire ce dont nous n’avons pas envie naturellement. Il inspire notre passion. L’Esprit nous aide aussi à prier. Paul a écrit : « De même l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières » (Romains 8.26). Il incite les chrétiens à faire « en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints » (Éphésiens 6.18). Prier en Esprit nous rend aptes à chercher le Seigneur et à intercéder au-delà de notre compréhension ou de notre sagesse personnelle.

Extrait de Ressources Pastorales, Printemps 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :