Des disciples à l'image du Christ.

Articles tagués ‘réveil spirituel’

Avons-nous emprisonné l’Esprit de réveil? (2)

Par T. Austin Sparks

« … La lettre tue, mais l’Esprit vivifie » (2 Cor 3 :6)

Ce qui était, à ses débuts, une énergie spirituelle produisant un organisme vivant, exprimant quelque chose que Dieu a réellement voulue et à laquelle Il a donné naissance, devient trop souvent quelque chose que la génération suivante doit maintenir ou continuer à faire fonctionner à force de pénibles combats. La chose s’est développé un intérêt en elle-même, et elle s’adaptera difficilement avec quiconque ou toute chose qui s’interfère ou semble s’interférer avec elle. L’Esprit est devenu prisonnier de l’institution ou du système, et par voie de conséquence, les gens deviennent limités spirituellement.

Pourquoi est-ce que tout ceci est si vrai, donnant lieu à des tensions, des divisions, des jalousies, des rivalités, et souvent des séductions ? S’il existe un quelconque remède, quel est-il ? La réponse doit être trouvée dans une question honnête et fondamentale : Comment en suis-je arrivé au point où je suis ? Suis-je entré dans quelque chose objectivement ? Etait-ce quelque chose de déjà formé, qui s’est présentée à moi avec un appel, une discussion, un besoin ? Etait-elle tout à fait réelle ? Ou est-ce que le Saint-Esprit m’a ouvert les yeux et m’a donné une vision céleste qui, d’un côté m’a fait crier :  » Malheur à moi ! « , et de l’autre côté :  » Me voici  » ?

Etait-ce une crise dans ma vie ? Ai-je endossé un enseignement, un semblant de vérité, un travail, une entreprise ? Etais-je à la source même de la vie ? Etait-ce une approche ferme et débordante de puissance venant du ciel ? Est-ce que ma position est celle d’une relation avec quelque chose dont je peux me défaire ? En un mot, est-ce que mon emprisonnement est celui d’un système ou d’un ordre de type extérieur ? Ou suis-je un esclave lié à l’Esprit ?

L’Apôtre Paul, en particulier, montre que le lien ou l’emprisonnement précédent peut même être ce qu’il appelle  » la lettre « . Dans ce sens, la Bible peut être morte (« la lettre tue » – 2 Corinthiens 3:6). Non pas que nous puissions avoir l’Esprit ou la vie sans la Parole, mais c’est certainement plus que possible que ce soit l’inverse. Car nous pouvons assurément avoir la Parole sans l’Esprit et la vie.

Extrait de A Witness and a Testimony

Source : La sentinelle de Néhémie

Publicités

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :