Des disciples à l'image du Christ.

Articles tagués ‘Jérusalem’

Ne le faisons pas pleurer

Par Elisée Lompo

« Comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle » (Luc 19 :41)

Depuis quelques jours, la ville était en ébullition. Personne ne voulait se faire raconter l’événement. Des campagnes comme des villes, les gens des différents horizons se dirigeaient vers Jérusalem où chacun s’activait à sa manière pour être au rendez-vous de la fête. En effet, de mémoire de Juif, l’on avait toujours célébrer la Pâques depuis des temps immémoriaux. Que les gens étaient heureux non seulement de se retrouver mais surtout de rendre à Dieu un culte !

Et pourtant à l’approche de cette même ville, Jésus pleura en la voyant. Pourquoi cette réaction du Fils de Dieu ? Jérusalem était bien le centre spirituel de toute la nation. Elle réunissait toutes les caractéristiques de la vie religieuse. Car on y retrouvait le temple, les sacrificateurs, les livres de la loi, les scribes sans oublier les différents courants religieux qu’étaient les Pharisiens, les Saducéens, etc. En plus, n’est-ce pas que cette effervescence religieuse était justifiée par le fait qu’ils voulaient obéir à l’ordre qui avait été donné à Moïse et qui consistait à fêter la Pâques de génération en génération ?

Malgré toutes ces considérations, Jésus pleura sur la ville. Qu’en est-il aujourd’hui ? Il n’est pas superflu de poser la question de savoir quelle serait la réaction de Jésus s’il nous visitait à notre tour. Nous avons aussi nos rassemblements religieux. Nous avons nos églises locales, nos dénominations, nos organisations ou institutions. Nous avons nos séminaires et conférences locales, nationales ou même internationales. Qu’en est-il quand il regarde tout cela ou quand il regarde nos familles et nos vies individuelles ?

Certes Jésus avait vu l’engouement et la pratique religieuse de tous ces gens. Néanmoins il leur manquait quelque chose qui lui brisait le cœur. Leur défaut capital, c’est qu’ils avaient rejeté le Messie qui leur était envoyé. Ils faisaient donc allégeance aux traditions tout en disant non à la substance. Ils s’attachaient à l’ombre des choses spirituelles au détriment de la réalité révélée. Nos traditions ne sont pas nécessairement mauvaises, mais veillons à ce qu’elles ne soient pas un obstacle à une relation vivante et personnelle avec le Seigneur. De grâce faisons en sorte qu’en promenant le regard sur nous, il ne verse pas de larmes.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :