Des disciples à l'image du Christ.

Confrontez votre problème

Par Maxime Ouoba

« S’étant penché sur elle, il menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. A l’instant, elle se leva et les servit » (Luc 4 : 39)

Pendant un culte d’église, j’ai lu ceci sur la tenue d’un frère « Sauvé pour servir ». Plus qu’un slogan d’une association, je crois qu’il s’agit d’une véritable interpellation, qui est adressée à plusieurs de nous qui avons reçu la grâce du salut. Nous n’avons peut-être pas enterré nos talents, seulement il y a des fièvres qui nous mettent hors d’état de servir le Seigneur comme cette femme qui avait une violente fièvre.

Dans Marc 5 :26, la maladie de la femme l’avait conduit, à dépenser tout ce qu’elle possédait. Pour la belle-mère de Pierre, c’était bien différent. Il s’agissait pour l’ennemi, d’empêcher cette femme de servir le Seigneur. J’ai trouvé dans ma vie, et dans celle de mes frères et sœurs, des formes de « fièvre » qui entravent notre sacerdoce.

Jésus allait chez Pierre, et la belle-mère était destinée à servir le Seigneur. Mais une violente fièvre voulut l’en empêcher. Cher lecteur ou lectrice, N’y aurait-il pas une fièvre qui vous empêche de servir le Seigneur ? Pour cette femme, Jésus intervint en menaçant la fièvre la débarrassant de toute opposition à son ministère.

Tout ce qui nous empêche de jouer notre rôle dans le royaume de Dieu, est comparable à cette fièvre que Jésus a menacée, et nous devons traiter ces ‘fièvres’ comme tel. Non seulement nous devons menacer toutes ces formes de fièvre dans nos vies afin de servir le Seigneur selon notre vocation céleste, plus encore nous devons être des intercesseurs qui discernent aussi ces formes de fièvre dans la marche chrétienne de nos frères et sœurs dans la communauté.

Il y a des ‘fièvres’ qui empêchent de servir Dieu, de se marier ou de plaire à son conjoint. Il y a des ‘fièvres’ qui empêchent de grandir spirituellement. Ma fièvre à moi, c’était mon mauvais caractère alimenté par l’orgueil et le manque de maîtrise de soi.

La fièvre de certains c’est le doute, et pour d’autres c’est peut-être la peur ou la légèreté. Aucune fièvre n’est banale, lorsqu’elle ne tue pas l’engagement, elle réduit le rendement du chrétien qui doit servir son Dieu. An Nom du Seigneur, menaçons les violentes ‘fièvres’ de nos vies et celles de nos compagnons de service.

Au Nom de Jésus je menace toute fièvre afin qu’elle vous quitte maintenant, et que vous deveniez propre à toute bonne œuvre pour l’avancement du Royaume des cieux.

Publicités

Commentaires sur: "Confrontez votre problème" (2)

  1. Damolga Dayéri a dit:

    Tout ce que je peux dire étant très touché par cette parole,c’est de continuer à servir le Seigneur Jésus Christ avec cette inspiration de Dieu .Vous impactez positivement la vie des enfants de Dieu.
    A Dieu de vous remercier comme il faut!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :